Thème "Amour, Repos, Tendresse"

 


 Par ordre alphabétique d'Auteur :



Auteur : Paul Allegraud


On les avait espérés et redoutés. On les avait imaginés splendides ou monstrueux, envahisseurs sanguinaires ou pacificateurs éclairés. On les avait rêvés arrivant du cosmos dans des vaisseaux resplendissants, détenteurs de sciences inconnues, de secrets incroyables, de pouvoirs inhumains. Depuis longtemps déjà les radars scrutaient l'immensité du ciel, mais aucune de ces machines n'auraient pu les détecter. Quand on les a découverts, ils étaient déjà là. Ils s'étaient déjà répandus sur tous les continents, apportant avec eux les ravages d'une guerre impossible à mener.

Ils maîtrisaient l'espace et le temps et pouvaient apparaître n'importe où en une nanoseconde, mais ce qui les rendait plus dangereux encore, c'était leur détermination. Ils étaient là pour nous exterminer. Tous. Et ils étaient en passe d'y parvenir. Et sans verser de sang. On les avait imaginés à notre mesure, ils étaient minuscules, pas plus gros qu'un moucheron. 
Ils se glissaient partout et semblables aux insectes, inoculaient aux hommes leur mortel poison. Ensuite, le sang se coagulait dans les veines, la chair pourrissait et les hommes mourraient dans d'atroces souffrances. Et nul ne savait comment les arrêter.

En quelques mois, la population mondiale s'était réduite de plus de soixante-quinze pour cent, on les croyait invincibles, on voyait arriver la fin de l'humanité. Jusqu'à ce qu'on se rende compte qu'eux aussi pouvaient mourir. Jusqu'à ce qu'on découvre que dans certains pays d'Afrique où sévissait une épidémie qu'on avait peine à combattre, les envahisseurs la contractaient, se la transmettaient entre eux et disparaissaient.

Alors dans chaque pays, des gens se portèrent volontaires, des couples pour la plupart et injectèrent dans leur sang le virus létal. On offrit à ces héros le loisir de s'éteindre dans le lieu de leur choix, entouré de beauté, baignant dans une ambiance qu'ils avaient désirée, parfum, musique ou simplement le bruit de leurs deux cœurs battant à l'unisson.

C'est ainsi que partout dans le monde, des couples d'amoureux, se tenant par la main, partirent sereinement, entraînant avec eux la plus grande menace que le monde n'eut jamais affrontée.




Auteur : Didier Brochon



Cela faisait, Ô…, une éternité qu’ils étaient là, allongés, le corps alangui, tête bêche, les mains touchant le corps de l’autre, sur leur nuage dans lequel leur corps s’enfonçait confortablement, tandis qu’il avançait.

Ils ignoraient où ils se trouvaient : peut-être au Paradis ? Les énergies circulaient de l’un à l’autre, ils étaient bien, et ils n’avaient pas envie de se parler, ils n’en éprouvaient pas le besoin, se comprenant par le seul toucher, tête contre tête.

Le nuage était bas, et sur son passage, il laissait voir en-dessous des paysages à la fois calmes et tourmentés. L’homme et la femme ne faisaient alors plus qu’Un, en totale communion avec le Plan Universel, dans un calme intérieur et une paix profonde indicible.

Le temps était suspendu, il n’y avait plus ni espace ni temps. Ce n’était pas un rêve, encore moins un état de sommeil ; c’était l’union, celle avec le Divin, les deux Êtres ne faisant plus qu’un, et rejoignant le Tout et l’origine du Tout. L’Amour enveloppant et universel, les gestes tendres jusqu’à la chevelure ondoyante de la jeune inconnue et le havre de paix, de calme et de repos que constituait ce nuage providentiel, semblaient avoir figé pour l’éternité les deux âmes ainsi fusionnées.



Auteur : Charles Daney (Gagnant du Thème)


Ils sont tête bêche, couchés sur le dos tête, contre tête, la main gauche de l’homme dans les cheveux de la femme, la main gauche de la femme contre la joue de l’homme.
Le calme, la plage, la mer, les rochers qui la gardent, tout cet enfermement leur est complice. Leurs corps pourtant très proches paraissent lointains.
Ils sont silencieux mais restent à l’écoute l’un de l’autre, immobiles pour ne pas gâcher un bonheur qu’ils savourent les yeux fermés afin mieux le retenir sous leurs paupières closes.
Ce repos des corps est l’accord fusionnel des âmes.
La joue et les cheveux, ces soupçons de caresse, les bras et les mains, antennes de tendresse, tout concours à diffuser en eux un amour infini aux désirs apaisés.



Auteure : Barbara Hocquette



Un matin, je me suis surprise moi-même à découvrir chez l'autre, celui qui partage ma vie depuis quelques jours maintenant que sa peau était tel un océan de douceur... Et que si je le désirais vraiment, je pouvais m'y plonger à maintes reprises.
 Alors c'est vrai que le sentir près de moi fait naître au fin fond de mes entrailles, un sentiment de plénitude et d'intense émotion car dès l'instant où sa peau touche la mienne c'est comme si nous ne faisions qu'un. 
Le voile qu'il porte au dessus de sa nudité est comme un drap de douceur et c'est en restant toujours plus proche de lui et de son essence même, que je parviens à le découvrir de jour en jour.
 Nous avons tous besoin d'une protection mais dès lors où on se sent en sécurité, on dirait bien que tout devient différent. Ce que nous cherchons à tout prix à cacher devient finalement l'objet de nos désirs profonds. Et alors que chacun cherche à garder en soi l'empreinte de la douceur et de l'amour vrai, il finit par se délecter de cette offrande qu'il est enfin prêt à faire en découvrant petit à petit au gré de ses besoins et de ses envies ce qu'il a mis tant d'années parfois à camoufler...
 Car aimer c'est donner à l'autre cette partie de nous que nous aimons plus que tout. Ce petit morceau de notre intimité que finalement nous sommes enfin prêts à partager. Et dès lors où on parvient enfin à se dévoiler, alors là, plus rien ne peut venir nous effrayer car dans l'amour, la peur n'existe pas. Seules la douceur, la tendresse et les caresses de la vie qui nous réunit peuvent venir faire de notre union un havre de paix, un lieu de paradis.
 Quand on se retrouve, on est comme deux moitiés qui se retrouvent et quand on se sépare, on emporte avec soi cette partie que l'autre a su nous octroyer afin de nous montrer, à chaque fois qu'il le désire vraiment, que cette place que nous avons est celle d'un hôte privilégié.
 L'amour peut tout et surtout il se donne et se reçoit en toute simplicité. Et c'est parce qu'il est là, niché au creux des vrais couples qu'il peut faire naître de beaux projets et aussi d'heureux sentiments chez des êtres comblés. 
L'amour c'est comme un bonbon qu'on prendrait le temps de garder dans la bouche car le réconfort qu'il nous procure ne peut en aucun cas nous faire oublier le plaisir que nous avons à le savourer. Plus on se connait et plus on s'apprécie et plus on se lie d'amour ou d'amitié et plus les liens sont indestructibles.
 La tendresse est au quotidien ce que la vie est pour tous les êtres humains : un moment de pleine conscience, là où finalement tous les possibles viennent se matérialiser. 
Alors cessons de croire que l'amour n'existe que dans les fictions... car l'amour est là, bien présent et il ne demande souvent qu'une chose c'est jaillir de nos cœurs parfois un peu fermés, juste pour rayonner en nous et autour de nous et faire découvrir à celui qui sera heureux de l'accueillir en son sein que plus rien ne peut lui arriver tout le temps qu'il garde dans son escarcelle toute cette énergie du bonheur au quotidien. 
Caresser un bout de peau, celle de votre bras ou celle d'un être proche, c'est remettre en lui et en vous un lien magique celui de la filiation universelle qui veut que nous, êtres vivants nous puissions sentir charnellement que nous sommes et restons des êtres bien vibrants à l'unisson, pourvu que les sentiments soient justes et qu'il puissent s'exprimer au bon moment.
La parenthèse de l'amour charnel est un délice dont il ne faut pas se priver car plus on se colle l'un à l'autre et plus on retrouve en soi même ce désir d'être toujours plus à l'écoute de celui qu'on souhaite devenir réellement : une personne aimante et aimée qui au travers de certaines caresses et autres câlins peut retrouver la pleine maîtrise de tous ses sens en éveil.




Auteure : Alexandra Lacondemine


Neige



Aux premières lueurs de la nuit, la neige est arrivée…Quand tu ouvriras les yeux mon Amour, un merveilleux spectacle s’offrira à toi ; moi, j’assiste à sa mise en place ; je le regarde. Identique, majestueuse, la scène se répète à l’infini…Puis, quelques fois, un souffle maître vint à changer sensiblement le mouvement mais la majesté garde sa grandeur quelque soit sa voie…  


Tu découvriras les blanches toitures briller des rayons gelés du soleil ; les arbres chétifs s’étendre fièrement dans le ciel cotonneux…



Ravie, tu resteras quelques longues minutes dans la chaleur de la couette ; les yeux grands ouverts à écouter l’hiver prendre place, je te vois sourire aux flocons- je te contemple…Les courbes de ton corps… Tu fixes les petits cotons et ta main caresse tendrement le drap de mon absence…


Tu sais que je suis venu cette nuit ; tu as senti mes mains glisser sur ta peau et pénétrer ton intimité…Tu m’as souri et tu as étreint mon évanescence…


À ton éveil, je n’étais pas un rêve…  



Auteur : Daniel Paquin



L'OMBRE DE TA LUMIÈRE



L'ombre de la lumière couvre de son voile éthéré

L’espace de nos précieuses solitudes

Je serai peut être l'Eldorado de tes sentiments

Et toi la douce Iliade de mes voyages vers toi



Tu sais d'un trait de couleur d'encre bleu

M’ouvrir le ciel d'avril !

Tu sais d'un coup de crayon vert

Immortaliser en moi la beauté qui me guide





Un temps pour chaque chose

Chaque instant tu le transforme

Au gré de ton charme

Au gué du lit de tes marées

Tu m’inondes de bonheur



La chaleur de nos rencontres m’attise

Et m'appelle vers toi

Et pour toi qui est faite de rosée du matin

Je cueillerai  sur la joue de la lune

Ses précieuses offrandes



Auteure : Axelle Yelma




Sous une île calme et idyllique, entourée de rochers et d’un cours d’eau, deux corps sont allongés au pied d’un gros chêne…c’est un homme et une femme couchés perpendiculairement…que peuvent-ils bien faire ? Sont-ils victimes d’un naufrage ?...eh bien non ! Vous savez pourquoi ? Parce que les naufragés n’affichent pas un aspect détendu et reposant, ne réclament pas le bras de l’autre, et ne sont pas quasi nus…il s’agit de deux tourtereaux qui veulent se retrouver.

Hmm…il n’y a rien de plus beau à regarder que l’amour rapprochant un homme et une femme. Mais enfin…comprenez-moi bien…l’amour avec un grand A…le véritable amour si vous voulez. Celui dans lequel on n’a pas besoin de mots pour dire à l’autre qu’on l’aime ; celui qui nous procure la paix intérieure et nous fait nous sentir bien à la vue de l’être aimé; celui finalement que l’on ne peut pas expliquer, au risque de le voir disparaître.

Ce type d’amour est puissant, transcendant et guérissant. Les personnes qui en sont touchés sont intouchables, et je dirais même immortelles…oh la je n’aimerai pas vous conduire dans du surréalisme…mais à mon avis c’est ainsi que s’explique l’amour véritable.






1 commentaire:

  1. Bravo à toutes et à tous !
    Merci pour votre participation et à bientôt pour le prochain concours je l'espère ! Je vous trouve tous EXCELLENT !
    Chantal
    Secrétaire Éditions Plumes et Talents

    RépondreSupprimer

Merci pour vos commentaires. Ils sont encourageant et peuvent nous être très utiles.